En suivant mon équipe, vous y découvrirez
la mer, l'aventure et l'aspect humain...

Apprendre sur le coursier « Océan Phénix »

Archives > Nouvelles 2010 > Apprendre sur le coursier « Océan Phénix »

L’année 2009, je ne suis pas prêt de l’oublier, car, je me suis engagé dans un audacieux projet le jour où j’ai pris la décision de me procurer un autre voilier de course océanique. Afin de réaliser mon objectif, j’ai dû affronter des problèmes administratifs, de langage, de distance et une logistique des plus complexes. Je me souviens des premiers jours de janvier, lorsque je me rendis en Suède pour expertiser et négocier le VOR 60 que je me proposais d’acquérir, puis de sa préparation en mars et de sa mise à l’eau en avril et finalement du convoyage de retour en traversant la Mer Baltique, la Mer du Nord, la Manche et la traversée de l’Atlantique en direction de la côte est du Canada.

Ce fut une belle et grande aventure humaine pour moi et tous les équipiers qui m’accompagnaient, mais il est difficile d’ignorer les contraintes et difficultés que l’on peut rencontrer sur une traversée océanique en mai, cap à l’ouest, contre les vents dans une mer cahoteuse, dure et froide. La météo fut changeante et imprévisible, le soleil ne brillait pas souvent, le vent soufflait à quinze nœuds et en l’espace d’une dizaine de minutes le ciel s’ennuageait et le vent montait à trente nœuds ou pire encore. C’était le quotidien pour le coureur océanique que je suis, mais, une première et belle expérience pour mes gars. Une fois arrivé au Parc Nautique Lévy le 22 mai, l’équipage se dispersa et pour moi ce n’était que le début d’un important programme de préparation et d’entraînements sur lequel de nombreux équipiers viennent se faire les dents.

Entre la mise à l’eau du Océan Phénix en Suède et sa sortie en octobre au Parc Nautique Lévy, j’ai parcouru à son bord 8,000 milles nautiques. Le 22 octobre, le voilier était déposé sur son ber et dès ce moment je commençai son entretien et sa mise au point pour la saison de navigation 2010 qui débutera le 1 mai, journée de sa mise à l’eau.

J’ai concocté un programme bien garni et l’horaire des activités promotionnelles et sportives est déjà annoncé auprès de mes principaux partenaires qui sont pour l’instant l’AMQ, le Port de Québec, CMC Électronique et Raymarine. Les équipages du Océan Phénix travailleront à faire la promotion de ces partenaires lors de ses passages dans les ports et marinas qui jalonnent le fleuve et le golfe Saint-Laurent, et même au-delà de nos frontières. Tout au cours de la saison, il y aura des activités et stages pour nos partenaires, les médias et les entreprises. Un projet de film est toujours dans la mire et la plupart des images devront être tournées avant l’automne.

Mais, il ne faut pas oublier que je dirige « l’Équipe de Voile Océanique» et que mon voilier Océan Phénix est très performant et conçu pour les courses en équipage tel que la Volvo Océan Race. Ce genre de voilier navigue habituellement avec une douzaine d’équipiers à son bord, ce qui ne m’empêchera pas de naviguer encore en solitaire pour le plaisir de me surpasser. Tout cela est bien intéressant à condition de performer lors des défis et courses océaniques auxquelles nous sommes inscrits. En 2010 ce sera sur la course Halifax / Saint-Pierre que nous testerons notre potentiel, en 2011 le niveau de compétition sera rehaussé sur la Marblehead / Halifax, deux transats, le parcours Rimouski / Anticosti des Défis Georges Leblanc et en 2012 nous lancerons la machine sur la Québec / Saint-Malo. La préparation poussée du voilier et bien sûr l’entraînement du noyau d’équipiers qui forment Équipe de Voile Océanique à ce jour permettront d’atteindre des objectifs de hauts niveaux.

Il ne faut pas oublier non plus que notre organisation professionnelle travaille depuis plus de quatorze années à former des navigateurs hauturiers et la relève des coureurs océaniques. Par exemple au cours des années passées, soixante treize équipiers hommes et femmes ont traversé pour une première fois l’Atlantique Nord en ma compagnie sur mes différents voiliers. Encore cette année, j’offrirai différents stages d’un jour à une semaine à ceux et celles qui veulent vivre l’aventure à travers l’intensité de nos navigations et parfaire leurs connaissances.

L’Équipe de Voile Océanique et Formation Nautique Québec s’associent et proposent pour 2010, 2011 et 2012 le « Programme Formation Élite » aux marins qui veulent vivre et découvrir la vie des coureurs océaniques, les conditions de la course au large, les navigations de nuit et la technologie employée lors des grandes courses, tout en leur permettant d’acquérir les connaissances nécessaires pour se lancer sur des navigations hauturières sur leur propre embarcation. Ce programme peut accueillir une dizaine d’équipiers par groupe, il vise à repousser les limites de chaque navigateur et navigatrice sur le voilier de compétition de type VOR 60 Océan Phénix et de transmettre les meilleures connaissances théoriques et pratiques à la navigation sur tout type de plan d’eau et tout type de voilier. Le programme débutera avec une séance d’introduction en mars, puis sera dispensé à compter d’avril jusqu’à octobre et ce à la fréquence d’une fin de semaine par mois. Les activités débuteront avec coucher à bord du voilier le vendredi soir, puis une portion pratique et navigation le samedi, à cela s’ajoutera le dimanche pour les programmes doubles. Ça nous amènera à naviguer de Montréal jusqu’aux limites du golfe Saint-Laurent. Notre présence sera visible du Port de Québec notre port d’attache jusqu’à Halifax et Saint-Pierre et Miquelon en passant par notre base d’entraînement le Port de Refuge de Cap-à-l’Aigle où il fait bon prendre contact avec les grands espaces, l’eau salée et un accueil exceptionnel, sans pour autant oublier les incontournables marinas de Rimouski et de Gaspé.

Vivre le rêve, l’aventure et une expérience inoubliable, tout cela est enfin réalisable à bord du Océan Phénix. Pour en savoir davantage écrivez-moi sur georgesleblanc@oricom.ca et / ou visitez le www.georgesleblanc.com