En suivant mon équipe, vous y découvrirez
la mer, l'aventure et l'aspect humain...

Les exigences physiques de la course au large en équipage

Archives > Nouvelles 2012 > Les exigences physiques de la course au large en équipage
1 août 2012

Les exigences physiques de la course au large en équipage

Pour naviguer à 12 personnes sur l'OCÉAN PHÉNIX, il faut avoir quoi comme qualités et comme force physique?

Naturellement, les équipiers doivent s'entraîner avant le départ. Une bonne force physique est nécessaire. Comme dirait un équipier, ce n'est pas un sprint mais un marathon, il faut donc avoir de l'endurance. Nous vivons suivant les quarts et demandons des efforts à notre corps 12 heures par jour (4 quarts de travail de 3 heures). L'intensité varie selon les moments mais une vigilance constante est de rigueur. Il faut aussi savoir que lors des quarts de repos, certains muscles sont sollicités constamment afin de garder l'équilibre lorsque le bateau gîte. Nous aurons tous des abdos bien développés à notre arrivée à St-Malo.

Une des questions qui revient fréquemment est: "Est-ce que ça prend des gros bras pour naviguer sur l'OCÉAN PHÉNIX?" Comme vous le savez, nous sommes 2 femmes à bord. Notre gabarit ne correspond en rien à celui des haltérophiles. Par contre, nous suivons la cadence. Un voilier comme celui-ci est plus fort que n'importe quel homme, d'ailleurs, notre skipper dit toujours que c'est la précision dans le geste qui compte plutôt que l'énergie dépensée inutilement et sans réfléchir. Il est donc muni d'outils pour éviter de forcer inutilement. Les énormes winchs peuvent supporter des tonnes de pression et peuvent être opérés par des personnes telles que moi ( 5 pieds et cent quelques livres, je garde le secret!) qui y met toute l'énergie nécessaire.

Je me remémore ma première sortie sur l'OCÉAN PHÉNIX où je me demandais à quoi je servirais quand viendrait le temps d'amarrer ce mastodonte. Georges m'explique alors qu'il ne faut pas forcer mais utiliser les taquets, faire un tour mort, reprendre le mou et travailler en synchronisme avec les autres équipiers qui tiennent les amarres et le skipper qui barre le bateau. Finalement, il avait bien raison, pas besoin de gros bras!

J'aimerais remercier personnellement le Club athlétique de Québec pour leur soutien et tout particulièrement Dave et Maude, mon entraîneuse.

Sonia Cormier