En suivant mon équipe, vous y découvrirez
la mer, l'aventure et l'aspect humain...

Georges Leblanc est de retour au pays

Archives > Nouvelles 2012 > Georges Leblanc est de retour au pays

PRÈS AVOIR EFFECTUÉ AU COURS DE L’ÉTÉ 2012 DEUX TRAVERSÉES CONSÉCUTIVES DE L’ATLANTIQUE NORD SUR MON VOILIER OCÉAN PHÉNIX; i.e. LA PREMIÈRE SUR LA " TRANSAT QUÉBEC SAINT-MALO " ET LA SECONDE EN SENS INVERSE,  JE SUIS DE RETOUR AU PORT DE QUÉBEC. NOUS NE SOMMES QUE LE 3 SEPTEMBRE, JE VIENS DE PARCOURIR PLUS DE 7,800 MILLES NAUTIQUES EN MOINS DE 33 JOURS DE NAVIGATION.
                                                   
Le dimanche 22 juillet, moi le skipper Georges Leblanc je prenais le départ  de la Transat Québec Saint-Malo 2012, j’avais déjà participé aux précédentes éditions de 1996, 2000, 2004 et 2008. Mais cette fois-ci, je me lançais sur cette grande aventure humaine et sportive avec onze équipiers à bord de mon voilier VOR60 Océan Phénix et c’est après un parcours effectué en 14 jours 3 heures 16 secondes que nous traversions la ligne d’arrivée en face du grand môle à Saint-Malo. Je venais de traverser l’Atlantique Nord et c’est là que prenait fin le périple des onze équipiers qui m’avaient accompagné sur cette grande course océanique; neuf d’entre eux venaient de faire connaissance avec un océan hostile et quelques jours plus tard tous s’en retournaient au Québec par la voie des airs. Mais il en était tout autrement pour moi leur skipper qui devais ramener le voilier Océan Phénix au Québec pour les premiers jours de septembre.

Pour la traversée en partance de la France à destination du Québec, un deuxième groupe d’équipiers débarquait à Saint-Malo; cette fois-ci ils étaient neuf à se joindre à moi pour effectuer le retour sur le continent américain. La première étape de Saint-Malo en France jusqu’à l’archipel des Acores a été vraiment difficile en raison des nombreuses dépressions à contourner avant de nous rendre tel que prévu à l’île de Sao Miguel notre première escale et puis de l’île de Fayal la seconde nous mettions le cap sur l’embouchure du Golfe du Saint-Laurent. Sur cette dernière portion océanique la météo fut plus clémente et les vents favorables, cependant  l’ouragan nommé Kurk remontait l’océan et risquait de croiser la route que devait suivre notre voilier Océan Phénix. Il nous fallait passer avant qu’il nous rejoigne au beau milieu de l’océan; par chance les importantes distances parcourues en peu de temps ont fait en sorte qu’un petit 150 milles nous séparait de Kurk lorsque celui-ci passait derrière nous. Je lâchais un grand soupir de satisfaction en pensant que tout danger était passé, mais non s’annonçait aussi l’ouragan Leslie qui fonçait en direction de Terre-Neuve. Encore une fois il s’agissait de s’esquiver afin de ne pas subir ses vents de 80 nœuds et plus ainsi que la mer démontée qui l’accompagnera. Avant le passage de celui-ci dans nos parages, nous pénétrions dans le Golfe Saint-Laurent juste à temps pour être en sécurité  et c’est là que l’on pouvait affirmer que nous étions enfin arrivés  au pays.
En 2012, sur ces deux traversées, des vingt personnes qui m’ont accompagné, dix-huit venaient de vivre leur première traversée océanique. À noter que j’ai au cours des années, sur mes nombreuses traversées de l’Atlantique nord permis à plus d’une centaine de personnes de vivre une expérience inoubliable tout en réalisant leur rêve de faire connaissance avec l’immensité de l’océan
Pour suivre les aventures et activités de l’Équipe de Voile Georges Leblanc naviguez avec nous sur le site         

Georges Leblanc, skipper


georges-a-barre