En suivant mon équipe, vous y découvrirez
la mer, l'aventure et l'aspect humain...

Objectif la Manche

Archives > Nouvelles 2012 > Objectif la Manche
5 août 2012

Objectif la Manche

Atteindre l'entrée de la Manche par le sud en laissant la France sur tribord et la Grande-Bretagne sur bâbord, voilà notre objectif actuel; la Manche c'est la porte d'entrée sur l'Atlantique Nord.

Tous les équipiers ont bien hâte de voir la terre. Il ne nous reste que 195 milles nautiques à parcourir et nous serons en Europe. Nous prévoyons l'atteindre en soirée même si une entrée de jour dans la Manche aurait été souhaitable. Par contre, cette nuit, nous n’y verrons que le relief de la France dans la noirceur alors que nous serons proches de la côte car le relief de la France au nord a peu d'altitude. Nous allons devoir faire preuve de patience.

L'important c’est de mettre la voilure adéquate et de rentrer à St-Malo sans tarder car on a suffisamment traîné dans le secteur. Il faut surveiller les nuages, les grains qui peuvent nous occasionner de mauvaises surprises. Il n'est pas de tout repos d'affaler (descendre une voile) un spinnaker à la dernière minute dans la houle, de lutter contre les rafales de vent qui s’entêtent à empêcher cette voilure de descendre, qui la font claquer violemment au vent en augmentant la crainte des équipiers de ne pas être suffisamment forts pour descendre le tube de la chaussette. Ces derniers jours, pour ce qui est du vent et de la houle, on a été servis à ras-bord.

En début de matinée, le temps était propice pour un changement de voile. Donc, la décision fut prise de hisser le spinnaker SM sur le capelage inférieur. C'est le branle-bas de combat, ils sont 5 sur le pont avant pour affaler le génois 3 et, par la suite, hisser le spi qui s'ouvre comme une fleur. Il ne reste plus que le tangon long de 29 pieds à installer. Ça fait plaisir de pouvoir hisser à nouveau un spi, la force des vents combinée à l’état de la mer nous ont souvent privé de cette opportunité. De plus, depuis notre mésaventure avec le spi qui a emporté le balcon avant, il est plus problématique de s’aventurer sur le pont avant sans la protection efficace du balcon qui a été remis en place mais dont la solidité est aléatoire.

La manœuvre terminée, nous voilà aussitôt repartis de plus belle. La pluie se met de la partie, ça rafraîchit l'équipage et lave le sel sur le pont du OCÉAN PHÉNIX. De la pluie, on en a eu en quantité, elle a été notre compagne de route sur une bonne partie du parcours, on vous en aurait refilé avec plaisir vu la pénurie au Québec.

Nous allons bientôt apercevoir la terre à l’horizon, la fébrilité commence à se faire sentir parmi l’équipage, c’est toujours la même réaction peu importe ceux qui sont à bord, la proximité du continent a un effet euphorisant et nous donne un coup de fouet pour terminer cette course qui nous a apporté son lot de surprises bonnes ou mauvaises. Ça commence à sentir l’écurie et nous sommes impatients de rentrer.

Amure: Côté d'où vient le vent., i.e. tribord amures: le vent vient du côté tribord et les voiles se gonflent du côté bâbord.

Empannage: Changer les voiles de bord sur une amure différente lorsque le vent arrive de l'arrière.